Il y a des leçons à tirer des industries qui ont survécu et prospéré malgré les bouleversements, tout comme de celles qui n’ont pas été en mesure de s’adapter aux transformations dans leur secteur. Nous devons apprendre du passé tout en cherchant des moyens innovants de collaborer pour relancer l’économie. Selon Lori Turnbull, pour atteindre ces objectifs, il faut planifier en vue de changements inévitables dans tous les secteurs, peu importe leur niveau de résilience. À l’aide des bons outils, les travailleurs.euses, les employeurs.euses et les secteurs peuvent devenir plus forts au sein d’une économie nouvelle.

RÉSUMÉ

Il va sans dire que la pandémie de COVID-19 a perturbé et transformé nos vies. Notre façon de vivre et de travailler a changé, beaucoup travaillant depuis leur domicile – certain.e.s en permanence – et de nombreux secteurs et industries faisant face à une perturbation prolongée. Les industries ont été forcées soit de se réinventer, soit de cesser d’exister, et les pertes d’emplois ont provoqué un choc dans l’économie – rien qu’en Ontario, 355 000 emplois ont été perdus en 2020. Pourtant, les effets de ce choc économique ne sont pas répartis équitablement entre les différentes classes de revenus. Un rapport de CIBC Economics a montré que les pertes d’emplois concernaient surtout des postes peu rémunérés dans le secteur des services, tandis que les Canadiens et Canadiennes à salaire élevé ont enregistré des gains nets en matière d’emploi.

Alors que les vaccins sont déployés dans tout le pays et que nous pouvons commencer à penser et à planifier plus sérieusement la reprise, il est indispensable que les partenaires publics, privés et sans but lucratif travaillent ensemble pour construire une économie nouvelle et résiliente. Cela signifie qu’il faut élaborer des plans coordonnés pour développer de nouvelles compétences, récupérer et/ou réinventer des secteurs de notre économie et repenser les programmes sociaux pour répondre aux besoins des travailleurs.euses et des employeurs.euses. Les quatre domaines clés à prendre en compte sont la croissance économique inclusive, la façon dont les secteurs vulnérables peuvent se recycler pour répondre aux besoins futurs, la valeur de l’apprentissage continu (et la façon dont les établissements d’enseignement et les employeurs.euses peuvent jouer un rôle pour le faciliter), et la façon dont les programmes sociaux peuvent aider les industries, les secteurs et les travailleurs.euses à faire face aux perturbations économiques.

Pour bâtir des secteurs forts et pour rebâtir ceux qui sont en difficulté, nous devons comprendre comment notre travail et nos vies ont changé, et pas seulement à cause de la COVID-19. On assistait déjà à une évolution vers des organisations de travail plus flexibles, à la création de programmes sociaux visant à soutenir une économie et une main-d’œuvre changeantes, ainsi qu’à l’élimination ou à la transformation d’emplois par l’automatisation et l’intelligence artificielle. Parallèlement, la prolifération du travail atypique et de l’économie des petits boulots signifie que nous ne pouvons plus supposer qu’un.e travailleur.euse suivra un parcours de carrière unidirectionnel dans un seul secteur ou domaine d’expertise. La nature changeante du travail signifie que tous les secteurs devront se restructurer dans une certaine mesure pour attirer le talent et rester compétitifs. La pandémie a mis en évidence et, dans certains cas, empiré les inégalités dans notre société. À la lumière de ce que nous savons maintenant, il est impératif d’orienter la reprise et la croissance économiques vers l’équité et l’inclusion.

Même avant la COVID-19, les établissements d’enseignement postsecondaire étaient sous pression pour devenir plus flexibles et plus réactifs aux besoins des apprenant.e.s et des employeurs.euses. La transformation du travail implique une évolution de l’apprentissage et du développement des compétences. L’adoption de programmes de microcertifications – définies comme une attestation de compétences évaluées qui constitue un supplément, une option de rechange ou un complément à un titre officiel, ou qui en est une composante – est l’un des moyens de répondre à ces besoins. Une autre possibilité consiste à mettre en place un écosystème de formation partagée créé par les employeurs.euses. Les employeurs.euses qui font de l’apprentissage continu une priorité en écoutant leurs employé.e.s et en trouvant des moyens de les faire participer à des formations et à l’avancement professionnel ont plus de chances de garder leurs meilleurs éléments. Parallèlement, il y a des leçons à apprendre des industries qui ont survécu et prospéré malgré la perturbation, ainsi que de celles qui n’ont pas réussi à naviguer dans la transformation de l’industrie. Nous devons tirer les leçons du passé tout en cherchant des moyens innovants de travailler ensemble pour rebâtir l’économie.

Nous devons nous préparer au changement inévitable, car tous les secteurs devront s’adapter et changer à un moment donné.
Pour concrétiser ces objectifs, nous devons nous préparer au changement inévitable, car tous les secteurs devront s’adapter et changer à un moment donné pour survivre. Les entreprises et les gouvernements doivent également adopter une approche inclusive du recrutement et de l’embauche en appliquant des pratiques fondées sur les données pour attirer le plus large bassin de talents. Et il est important de combler les lacunes du filet de sécurité sociale pour attraper les personnes touchées par les perturbations causées par la COVID-19. Il est dans notre intérêt supérieur de veiller à ce que les travailleurs.euses puissent conserver leur emploi ou soient soutenus dans leur recherche de nouvelles occasions, qu’ils/elles soient reconnus pour leurs compétences et qu’ils/elles se voient offrir des programmes de formation qui mènent à l’emploi. Avec les bons outils, les travailleurs.euses, les employeurs.euses et les secteurs peuvent se positionner dans une nouvelle économie.

Gérer la transformation dans les secteurs perturbés : Recommandations en matière de politiques et meilleures pratiques

Par Lori Turnbull

Téléchargez le PDF

Enjeux en action
Pour approfondir les sujets explorés dans ce rapport, veuillez consulter ces études de cas sur la transformation et les perturbations sectorielles :


Merci à nos partenaires

Nous remercions notre partenaire principal

Merci à nos partenaires

Back to top