La prospérité économique du Canada rural dépend de l'attraction de capital humain et, bien que les étudiants internationaux soient des candidats hautement qualifiés et qualifiés pour l'établissement, ils ne restent pas souvent dans les parages. Dans ce rapport, associé du FPP Sean Speer identifie les leçons de deux programmes prometteurs au Canada atlantique qui semblent convaincre les étudiants de s'installer, contre toute attente.

Lire le rapport

Les efforts déployés par le passé pour soutenir les personnes et les endroits touchés par les disparités économiques régionales ont eu tendance à s’appuyer sur la redistribution sous forme de péréquation et d’assurance-emploi, ainsi que sur la mobilité de la main-d’œuvre sous forme d’incitatifs fiscaux ou de subventions de formation. La politique et les politiques reflétaient de la réticence envers des efforts plus actifs et plus ciblés visant à catalyser l’activité économique dans les collectivités touchées.

Pourtant, l’ampleur des tendances économiques actuelles et les retombées politiques qui les accompagnent ont amené les économistes et les experts en politiques à réexaminer le rôle des stratégies économiques adaptées au milieu pour soutenir l’investissement et l’emploi dans les collectivités peu performantes. De plus en plus de politiciens et politiciennes ont le sentiment que rester inactif n’est pas la solution face à des tendances économiques et politiques inquiétantes.

Les politiques adaptées au milieu présentent toutefois des risques, notamment celui de copinage, de distorsions et d’inefficacité. Le bilan des projets de « développement régional » au Canada et ailleurs est, au mieux, mitigé.

Les recherches menées par le Forum des politiques publiques ont fait ressortir l’importance d’ancrer les stratégies adaptées au milieu dans le capital humain plutôt que dans ce qu’il convient d’appeler les « entreprises servant de point d’ancrage ». Les entreprises peuvent aller et venir, mais une masse critique de personnes talentueuses, dynamiques et entreprenantes continueront à produire de la valeur économique dans leurs collectivités.

Reste alors la question : comment ces endroits attirent-ils de telles personnes?

La bonne nouvelle est qu’ils le font déjà. Les établissements d’enseignement postsecondaire du Canada attirent des centaines de milliers d’étudiants étrangers chaque année et un nombre considérable d’entre eux poursuivent leurs études dans des endroits en transition économique comme le Cap-Breton, Moncton et Thunder Bay.

Transformer cet apport massif de capital humain en éventuels résidents permanents des villes canadiennes, particulièrement celles en difficulté économique, représente une possible contribution à une stratégie de développement économique axée sur les personnes pour le Canada. Mais la rétention des étudiants n’est guère assurée. Elle exige une plus grande coordination des opérations et des politiques entre les différents ordres de gouvernement, les établissements postsecondaires, les entreprises et la société civile.

Les universités et les collèges ont attiré ces étudiants dans leur collectivité. La responsabilité de les encourager à rester et à contribuer à l’économie et à la société locales ne saurait être dévolue uniquement à ces institutions. Cet effort doit être collectif.

Ce rapport présente trois enseignements clés tirés d’expériences régionales et locales au Canada atlantique qui pourraient éclairer l’expérience des chefs de file postsecondaires, des décideurs et des bâtisseurs communautaires ailleurs au pays. Un modèle réussi de développement économique axé sur les personnes et sur le terrain:

  1. Un modèle efficace doit reposer sur des faits:. Il ne saurait se limiter à des hypothèses et des suppositions de la part des décideurs politiques, à Ottawa ou dans les capitales provinciales, ou des dirigeants d’entreprises locales et de la société civile peu susceptibles de comprendre l’expérience des étudiants étrangers.

  2. Un modèle efficace doit s’inspirer des liens et des relations interpersonnels: La rétention des étudiants ne peut être assurée par l’entremise de sites Web, de centres d’appels ou de nouvelles applis. Persuader quelqu’un de vivre indéfiniment loin de sa famille et de sa culture n’est pas chose aisée. Cela ne peut être réalisé qu’au moyen de contacts personnels, de dîners, d’appels téléphoniques et d’une formation individualisée.
  3. Les décideurs politiques doivent considérer ce travail comme faisant partie d’un vaste programme de développement économique: Il n’est pas question d’amadouer les établissements d’enseignement postsecondaire ou de démontrer son engagement envers la diversité. C’est l’avenir économique des collectivités confrontées aux défis économiques structurels qui est en jeu.

Lire le rapport

Ce rapport fait partie du projet Immigration et revitalisation de la région de l’Atlantique du FPP qui examine la rétention des immigrants et les pénuries de main-d’œuvre qualifiée à travers le Canada atlantique.

Back to top