Si nous ne modifions pas dès aujourd’hui notre approche de la formation des travailleurs, le marché de l’emploi canadien ne disposera pas des travailleurs qualifiés dont il aura besoin à l’avenir. Tandis que l’automatisation provoque des changements rapides, le Canada doit modifier son approche de l’éducation, de la formation et du développement des compétences pour pallier aux lacunes en matière de compétences.

Résumé et recommandations

Au Canada comme partout dans le monde, les marchés de l’emploi sont bouleversés par l’économie des « petits boulots » et les compétences diverses et changeantes qu’elle exige, ainsi que par l’intelligence artificielle et les développements technologiques. À l’avenir, les emplois exigeront des qualités et des compétences que nous ne pouvons pas encore anticiper; parallèlement à cela, de nombreuses compétences qui rendaient les gens compétitifs jusqu’à présent vont être automatisées.

Si nous ne modifions pas dès aujourd’hui notre approche de la formation des travailleurs, le marché de l’emploi canadien ne disposera pas des travailleurs qualifiés dont il aura besoin à l’avenir. Michael Wernick, greffier du Conseil privé, a évoqué l’importance de créer la bonne combinaison de compétences au sein de la fonction publique. Pour lui, il est absolument primordial de renforcer les compétences des fonctionnaires fédéraux. Si l’on veut combler les lacunes, il est nécessaire de faire évoluer les attitudes et les cultures afin de soutenir la mise en place d’une nouvelle approche de l’apprentissage et du développement des compétences chez les adultes. Pour préparer les travailleurs canadiens de tous les secteurs d’activité à ce que leur réserve l’avenir, les gouvernements devraient prendre les mesures suivantes :

  • créer une plateforme nationale complète pour améliorer la circulation de l’information entre les employeurs et les demandeurs d’emploi
  • former des partenariats avec les employeurs et les établissements d’enseignement post-secondaire, afin d’identifier les besoins du marché de l’emploi et de veiller à ce que les programmes d’enseignement correspondent à ces besoins
  • harmoniser les aides à l’emploi et au revenu avec les services d’aide à l’emploi et au développement de compétences, de manière à proposer des incitations appropriées au développement des compétences
  • utiliser des structures incitatives pour promouvoir l’innovation dans les systèmes d’enseignement post-secondaire
  • mettre l’accent sur la formation et l’acquisition de compétences qui ne pourront pas être transférés à des robots
  • employer des approches fondées sur les preuves pour œuvrer à l’amélioration de la sécurité des compétences, en reconnaissant le rôle important des arts et des sciences sociales comme celui des disciplines scientifiques

Lire le rapport au complet

Back to top