L’information fiable, officielle et fréquemment communiquée par le gouvernement du Canada a été un succès phare de la réponse à la COVID-19. Toutefois, la désinformation en science et en santé persiste. En effet, une pandémie mondiale peut démontrer à la fois pourquoi il est si important de trouver une solution à cette désinformation, et le rôle que le gouvernement fédéral pourrait jouer à partir de maintenant. La désinformation en science et en santé ne date pas d’hier, mais l’aggravation constante du problème a été amplifiée par la COVID-19.

En juin 2020, le Forum des politiques publiques (FPP) a publié le rapport La désinformation en science dans le contexte de la COVID-19. Ce projet s’est appuyé sur des entrevues avec les principales parties prenantes et une table ronde d’experts axées sur la réponse à adopter et la mobilisation de futures mesures pour enrayer ce problème. L’auteur du rapport a affirmé que depuis longtemps, le grand public peine à comprendre la science, et bien que la fascination pour la pseudoscience soit plus vieille que les médias sociaux, les algorithmes à la base de ce nouvel environnement médiatique récompensent des contenus de plus en plus révoltants.

Le rapport s’est conclu sur la réflexion suivante : « à partir de maintenant, si nous accordons un tant soit peu d’importance à la raison et à la compréhension scientifique, nous devons admettre que nous sommes engagés dans une guerre de propagande, et qu’elle ne cessera pas. » En outre, une volonté de fournir au gouvernement fédéral des recommandations pratiques et tactiques sur le rôle qu’il peut jouer pour lutter contre la désinformation scientifique et sanitaire s’est manifestée lors de notre table ronde. Pour les enjeux qui sont au cœur des préoccupations des Canadiens et Canadiennes, notamment en matière de santé et d’environnement, les incidences sont bien réelles.

Ce projet générera un document de recommandations qui cherchera à répondre aux questions suivantes :

  • Quel rôle le gouvernement du Canada et les ministères pertinents, comme Santé Canada et ISDE, devraient-ils jouer pour lutter contre la désinformation en science et en santé?
  • Quels instruments et mécanismes sont appropriés et à la disposition du gouvernement pour répondre à cette désinformation?
  • Quels résultats relèvent de la responsabilité du gouvernement en ce qui a trait à la désinformation en science et en santé?
Back to top