Nous sommes heureux de dévoilé la liste de cinq Canadiens et Canadiennes exceptionnels que nous honorerons à l’occasion du 32e Banquet et prix d’honneur. #PPFAwards

Mieux que les Oscars, nous avons cinq lauréat(e)s à qui nous rendrons hommage le 11 avril lors du 32e Banquet d’honneur annuel du FPP, gala qui aura lieu au Metro Toronto Convention Centre.

Ces lauréats prendront leur place au sein d’une cohorte d’autres Canadiens exceptionnels qui se consacrent à faire du Canada un meilleur pays pour tous.

Réservez votre table

Rona Ambrose: chef politique et championne du leadership des femmes

 AmbroseRonaRona Ambrose est un modèle pour les femmes en politique et dans des carrières qui n’ont pas toujours été accueillantes pour celles-ci. Elle est apparue sur la scène politique fédérale en 2004 en tant que jeune députée conservatrice de l’Alberta, s’autoproclamant une « mordue de la politique ».

De 2006 à 2015, Mme Ambrose est ministre et s’occupe de divers portefeuilles, notamment la Santé, l’Environnement, les Travaux publics et Services gouvernementaux, et la Condition féminine. Durant cette période, Mme Ambrose a la responsabilité de l’élaboration de plusieurs politiques fédérales. Elle conduit la communauté internationale à la création de la Journée internationale de la fille des Nations Unies et a mis au point deux stratégies industrielles nationales : la stratégie d’acquisition de matériel militaire et la Stratégie nationale de construction navale du gouvernement.

En 2015, Mme Ambrose devient la chef de l’Opposition officielle. Sûre d’elle, intelligente, drôle et composée, elle s’avère être la main ferme dont le Parti conservateur a besoin, travaillant sans relâche pour s’assurer que son parti reste fort, tout en stimulant les activités de financement et d’adhésion au parti à leurs plus hauts niveaux.

Elle est très fière d’être le premier dirigeant du Parti conservateur à prendre part au défilé de la fierté gaie. Elle a passé sa vie à lutter avec passion pour les femmes et les filles défavorisées, et c’est grâce à elle que les femmes autochtones du Canada obtiennent enfin du Parlement l’égalité quant aux droits matrimoniaux. En collaboration avec la lauréate du prix Nobel Nadia Murad, Mme Ambrose s’est battue également avec succès pour la création d’un programme canadien de protection des réfugiés afin d’offrir la sécurité de notre pays aux femmes et aux filles yézidies victimes d’esclavage sexuel par l’État islamique.

D’autre part, elle a travaillé à tous les niveaux avec les organisations engagées dans la lutte contre la violence faite aux femmes. Elle a développé l’Initiative fédérale sur la violence familiale, déposé un projet de loi pour imposer aux juges une formation juridique portant sur les agressions sexuelles, et vient de fonder She Leads, une organisation sans but lucratif consacrée à accroître le rôle des femmes en politique et dans la vie publique.

Le Dr Alan Bernstein: bâtisseur et innovateur en science et santé

AlanBernstein-PortraitLe Dr Alan Bernstein est un promoteur d’avant-garde des bonnes politiques en matière de science et de santé. Il est président et chef de la direction du CIFRA, un organisme de bienfaisance mondial installé au Canada, qui réunit des esprits extraordinaires pour se pencher sur les questions les plus importantes auxquelles la science et l’humanité doivent trouver réponse.

Chercheur et scientifique de renommée, le Dr Bernstein mène des recherches novatrices dans le domaine des cellules souches et du cancer. Bâtisseur, il fonde et dirige de nouvelles agences et de nouveaux organismes dédiés à la création de solides politiques en matière santé pour les Canadiens et Canadiennes, et pour les citoyens et citoyennes du monde entier.

En tant que président fondateur des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), il dirige la création des premiers instituts nationaux de recherche en santé du pays, notamment ceux axés sur le genre et sur la santé des Autochtones. En 2008, il reçoit le prestigieux prix Canada Gairdner Wightman. La citation indique qu’en tant que président fondateur de l’IRSC, « il a mené la transformation de la recherche en santé au Canada ». Il n’est pas surprenant, compte tenu des réalisations du Dr Bernstein, qu’il soit membre du Temple de la renommée médicale canadienne. 

George Cope: Leader en affaires et santé mentale

George cope PPFAwards

M. George Cope préside la plus grande entreprise de télécommunications du Canada dont la stratégie est fondée sur des investissements et des innovations inégalés dans les réseaux à large bande et les services de croissance dans les secteurs sans-fil, télévision, Internet et multimédia.

En tant que président-directeur général de BCE Inc. et de Bell Canada depuis 2008, M. Cope est considéré comme un chef de file stratégique dans le domaine des communications au Canada. Depuis 30 ans, il a formé des équipes hautement qualifiées de chefs de direction dans les sociétés ouvertes. En 2010, il a également dirigé le lancement de l’initiative Bell Cause pour la cause, le plus important engagement jamais réalisé par une entreprise à l’égard de la santé mentale au Canada et maintenant l’une des plus importantes campagnes d’investissement communautaire du pays. Grâce à Bell Cause pour la cause, Bell a maintenant engagé plus de 100 millions $ dans des programmes canadiens de santé mentale. Nommé PDG de l’année au Canada en 2015, M. Cope a été intronisé au Temple de la renommée de l’entreprise canadienne en 2018. Lauréat de la Médaille du jubilé de diamant de la Reine, il a été nommé membre de l’Ordre du Canada en 2014 en reconnaissance de sa contribution à l’industrie des télécommunications au Canada et de son leadership en matière de responsabilité sociale des entreprises avec Bell Cause pour la cause.

M. Cope a reçu des doctorats honorifiques de l’Université de Windsor, de l’Université Trent et de son alma mater, l’Université Western, où il a étudié à la Ivey School of Business. Il a été désigné « Ivey Business Leader » de l’année en 2013 et siège au conseil consultatif de l’école.

Pierre-Marc Johnson: avocat, médecin et 24e premier ministre du Québec

Pierre Marc JohnsonPierre-Marc Johnson, né dans une famille dévouée au service public, a été le 24e premier ministre du Québec. À différents moments, son père et son frère ont également été premiers ministres du Québec représentant différents partis politiques. M. Johnson est également avocat et médecin. Il est élu pour la première fois à l’Assemblée nationale lors de l’élection historique de 1976 qui a vu René Lévesque devenir le premier membre du Parti québécois à occuper le poste de premier ministre de la province. M. Lévesque lui confie un certain nombre de portefeuilles, dont ceux de ministre du Travail, ministre des Consommateurs, Coopératives et Institutions financières, ministre des Affaires sociales ainsi que procureur général. Dans les années 80, ayant succédé à M. Lévesque au poste de premier ministre, M. Johnson tente de poursuivre les efforts de son prédécesseur visant à permettre au Québec d’exister dans le Canada par l’entremise d’un plan qu’il appelle « l’affirmation nationale ».

Après avoir démissionné de ses fonctions de dirigeant et de député en 1987, il continue à servir sa province et son pays. C’est un internationaliste engagé et un expert en commerce et partenariats internationaux, ainsi qu’en droit de l’environnement et de la santé. Il a enseigné à l’Université McGill à Montréal pendant plus de 10 ans. Il a occupé dans des fonctions de négociateur et de médiateur dans la conclusion d’accords internationaux portant sur les enjeux environnementaux et de développement durable, membre fondateur de la Table ronde nationale (Ottawa) sur l’environnement et l’économie, membre fondateur de l’Institut international de développement durable (Winnipeg). Il a occupé le poste de négociateur en chef du gouvernement du Québec pour l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne. Il a également été négociateur en chef du Québec pour le conflit du bois d’œuvre entre le Canada et les États-Unis.

Farah Mohamed: promotrice de l’éducation des femmes et défenseure de l’avancement de la condition des filles et des femmes

Photo_Farah Mohamed_HeadshotFarah Mohamed est l’une des principales défenseures de l’avancement de la condition des filles et des femmes, une promotrice acharnée de l’éducation des femmes et une ardente militante pour leur donner la parole sur la scène internationale.

En tant que chef de la direction du Fonds Malala, créé par la lauréate du prix Nobel de la paix, Malala Yousafzai, elle œuvre pour un monde où chaque fille a droit à 12 ans d’éducation gratuite et de qualité en toute sécurité. Arrivée sur la Colline du Parlement au début des années 90, Mme Mohamed travaille en tant qu’attachée politique pour Mme Paddy Torsney et l’ancienne vice-première ministre, Mme Anne McLellan. Elle trouve sa véritable vocation en créant G(irls)20, une ONG basée au Canada qui organise un sommet annuel de filles venant de tous les pays du G20 et place de jeunes femmes dans des conseils d’administration partout au Canada.

Mme Mohamed est diplômée de l’Université Queens avec un baccalauréat ès arts, et détient une maîtrise ès arts et un doctorat honorifique en droit de l’Université Western. Elle est boursière du Bellagio Center et récipiendaire d’une Médaille du service méritoire décernée par le gouverneur général du Canada et d’une Médaille du jubilé de diamant de la reine Élisabeth II. De souche indienne, Mme Mohamed est née à Kampala, en Ouganda, et y a grandi jusqu’en 1972, lorsque Idi Amin a ordonné l’expulsion de tous les Ougandais d’origine indienne, leur donnant 90 jours pour quitter le pays. Son père, sa mère et sa sœur ont trouvé refuge au Canada.

Réservez votre table

Back to top