Déjeuner des innovateurs autochtones

Date et heure

le jeudi 11 avril 2019
07h00 à 08h30

Lieu

Palais des congrès du Toronto métropolitain
255 Front Sreet West, Toronto, ON M5V 2W6

Montrer la carte

Le Forum des politiques publiques (FPP) s’associe à Services aux Autochtones Canada (SAC) et à la Fondation Rideau Hall pour mettre en vedette l’innovation autochtone dans le cadre d’un déjeuner qui aura lieu le jeudi 11 avril 2019, en matinée. Ce déjeuner précédera le Sommet sur la croissance du Canada ainsi que le Banquet et prix d’honneur. Puisque l’innovation apportée par les Premières Nations, les Inuits et les Métis contribue de façon importante à la croissance et au développement économique du Canada, nous commencerons la journée par ce déjeuner axé sur les innovateurs autochtones.

Jean-François Tremblay, sous-ministre du SAC, animera un débat d’experts auquel prendront part des innovateurs autochtones des quatre coins du pays. La discussion vise à en apprendre plus sur les expériences que les panélistes ont acquises en faisant les choses à leur manière dans leur domaine respectif, afin de répondre à la question suivante : quelle serait la meilleure façon pour les politiques de promouvoir les innovateurs autochtones au Canada? Cet événement se terminera par une séance de questions et réponses.

Le FPP et le SAC ont organisé un cercle consultatif présidé par Kory Wilson et chargé de passer en revue le travail d’innovateurs autochtones de partout au Canada dans le but de choisir les panélistes qui prendront part à cet événement. Les autres membres du cercle consultatif sont Clint Davis, Jean Paul Gladu, Alika Lafontaine, Lorne Pelletier, Karen Restoule et Hillary Thatcher.

À l’ouverture des portes, avant le débat d’experts, les invités seront encouragés à explorer l’Espace innovation autochtone où les panélistes présenteront leur travail et discuteront avec les participants.

Un déjeuner chaud sera servi.

Déjeuner des innovateurs autochtones PANÉLISTES

Le FPP annoncera d’autres panélistes à mesure que la date de l’événement approche.

Billie Schibler est actuellement chef de la direction de la Metis Child and Family Services Authority du Manitoba.

Auparavant, elle occupait le poste de protectrice des enfants, un fonctionnaire indépendant relevant de l’Assemblée législative du Manitoba. Représentant les enfants et les jeunes confiés au système de services à l’enfant et à la famille, elle a fait pression pour pouvoir militer en leur faveur en dehors de ce système. Elle s’est également fait entendre sur la nécessité pour le protecteur des enfants d’avoir ses propres mesures législatives, indépendantes du gouvernement.

Durant son mandat, le Bureau du protecteur des enfants a produit de nombreux rapports sans précédent :

  • A Special Case Review Into The Death Of Phoenix Sinclair, en septembre 2006;
  • En l’honneur des enfants: Rapport de l’examen des décès d’enfants;
  • Strengthening Our Youth: Their Journey To Competence and Independence – (A report on youth leaving Manitoba’s child welfare system).

Aussi connue sous le nom Purple Harvest Woman, mme Schibler est une femme métisse du Manitoba, une mère et une grand-mère. Elle est l’une des membres fondatrices du Grandmothers Protecting Our Children Council. Elle est également membre du World Council of Elders et du Grandmothers Circle the Earth Council. Elle a rencontré des Grandmother Councils de différents pays et en a soutenu le développement.

Mme Schibler est une gardienne de calumet et de cérémonies traditionnelles. Depuis plus de 25 ans, elle exécute des Danses du soleil au Canada et ailleurs. Elle a dirigé des cérémonies à l’étranger pour la guérison universelle de la Terre mère et de l’eau, reconnaissant que toutes nos actions ont une incidence sur les sept prochaines générations et au-delà.

Mme Schibler a travaillé dans des professions d’aide en toxicomanie, en protection de l’enfance et en droit de l’enfant. Durant plus de 30 ans, elle a été parent d’accueil pour plus de 40 enfants. Elle est actuellement membre de la Ligue pour le bien-être de l’enfance du Canada.

Mme Schibler croit que l’on doit « travailler à partir de l’esprit » et inspirer les gens à s’engager en suivant une philosophie axée sur les forces et en tenant compte du caractère sacré des enfants. Selon elle, chacun devrait se poser la question suivante dans le cadre de son travail : « est-ce bon pour les enfants? »

 

Le chef Cadmus Delorme est membre de la Première Nation de Cowessess. Après avoir obtenu son diplôme du Cowessess Community Education Centre, il a quitté la municipalité afin d’acquérir de l’expérience et faire des études supérieures. Il a décroché un diplôme de premier cycle de l’Université des Premières Nations du Canada ainsi qu’une maîtrise de la Johnson Shoyama School of Public Policy. Le chef Cadmus Delorme est ensuite retourné à Cowessess et est devenu chef.

 

Karen Nutarak a cofondé la Pirurvik Preschool en 2015 aux côtés de Tessa Lochhead. La Pirurvik Preschool de Pond Inlet, au Nunavut offre une éducation à la petite enfance (EPE) axée et basée sur les principes de l’Inuit Qaujimajatuqangit (IQ) et enrichie par l’utilisation de matériel Montessori. L’école se guide sur le principe IQ Pilimmaksarniq, lequel permet à l’enfant d’apprendre à son propre rythme. Celui-ci écoute sa curiosité naturelle en choisissant des sujets qui l’intéressent. L’IQ et Montessori ont tous deux pour objectif de donner à l’enfant le contrôle de son apprentissage et font confiance à celui-ci pour savoir ce dont il a besoin. En février 2019, le projet Pirurvik Preschool a gagné le Prix Inspiration Arctique de 1 million de dollars pour son innovation de grande qualité adaptée à la réalité culturelle. À présent, sept garderies de la collectivité situées dans les trois régions du Nunavut (Pond Inlet, Igloolik, Arctic Bay, Iqaluit, Rankin Inlet, Cambridge Bay et Taloyoak) recevront de la formation des employés de Pirurvik ainsi que les meubles et le matériel nécessaire pour mettre en place ce programme fructueux dans l’ensemble du territoire et pour l’adapter à la communauté.

L’important engagement de mme Nutarak dans sa collectivité démontre clairement son profond dévouement envers celle-ci. Elle a été membre de l’Association des chasseurs et des trappeurs durant deux ans. De plus, elle a fait partie du conseil d’administration de la Tununiq Sauniq Co-op durant sept ans, soit de 2003 à 2010. Mme Nutarak a également été membre de l’Administration scolaire de district (ASD) durant quatre ans et elle a été présidente de ce comité durant un an et demi, de 2004 à 2007.

Elle fait également du bénévolat à titre de coordinatrice pour la Seltzer-Chan Foundation, un organisme sans but lucratif qui aide la communauté à financer des projets portant notamment sur l’éducation, la réduction de la pauvreté et les programmes culturels.

En tant que membre active du groupe de théâtre Tununiqmiut, elle participe à des spectacles culturels comme bénévole depuis 1995.

Mme Nutarak se passionne pour l’éducation et pour la protection de la culture, la terre et la langue inuites. « Nous sommes en train de perdre notre langue, notre culture, notre terre. Je crois que l’éducation est essentielle pour garantir que les éléments importants de notre identité continuent à fleurir et à se transmettre aux générations futures. » Lors de conversations avec ses collègues et des membres de la communauté, elle déclare éprouver une profonde inquiétude quant à l’avenir des traditions et des langues inuites.

Mme Nutarak travaille comme éducatrice auprès des adultes au Centre d’apprentissage communautaire. Ce centre est situé au campus de Pond Inlet du Collège de l’Arctique du Nunavut. Elle occupe ce poste depuis 2009.

Déjeuner des innovateurs autochtones CERCLE CONSULTATIF

Kory Wilson, BSc. JD, is the Executive Director of Indigenous Initiatives and Partnerships for British Columbia Institute of Technology.  She is Kwakwaka’wakw. Kory is Chair of the National Indigenous Education Committee of Colleges and Institutions Canada and she has over 20 years of experience in post-secondary education, community development, and the legal profession.  She has a deep commitment to education and has dedicated her working life to ensuring that under-represented learners succeed, both within learning institutions and the larger community.  Good governance and supporting communities to move towards self-government is a  specialty and passion.  Innovative and creative solutions are needed to move Reconciliation into ReconciliACTION. Education is the key and access to knowledge is vital to move everyone forward.

Dr. Alika Lafontaine is an award-winning physician, speaker, alignment consultant, and the first Indigenous physician listed by the Medical Post as one of Canada’s 50 Most Powerful Doctors. He is a recognized expert on Indigenous health systems and health policy, institutional bias, racism and reflective practice. From 2013-2017, he worked with a small group of change makers to introduce mainstream health transformation approaches into Indigenous health systems, led politically by Indigenous leadership representing more than 150 First Nations across three Provinces. In September 2018, the Ministry of Indigenous Services announced they would be providing $68 million in funding for health transformation within the regions which led the Indigenous Health Alliance.

Karen Restoule wearing great blue glassesKaren R. Restoule is currently the Associate Chair of the Ontario Parole Board where she has been driving key organizational transformations and performance improvements, while leading a team of adjudicators in the assessment of risk to public safety. Previously, Karen was the Director of the Justice Sector at the Chiefs of Ontario. She started her career in restorative justice and later worked in Ontario’s correctional system.

Karen is co-founder of BOLD Realities, a non-profit organization that convenes dialogue between industry and Indigenous leaders and develops tools to help build understanding. In 2018, BOLD Realities partnered with Canadian Roots Exchange and TakingITGlobal to deliver www.whose.land, a web-based mobile app designed to equip users with information on Indigenous territories.

She is a graduate of the University of Toronto and the University of Ottawa’s French Common Law Program. Karen serves on boards for a number of non-profit organizations and is a fellow with the Public Policy Forum. Karen is a member of Dokis First Nation (Anishinabek Nation) and a beneficiary of the Robinson-Huron Treaty 1850.

Jean Paul (JP) Gladu is currently the President and CEO of the Canadian Council for Aboriginal Business (CCAB) based in Toronto. Anishinaabe from Thunder Bay JP is a member of Bingwi Neyaashi Anishinaabek located on the eastern shores of Lake Nipigon, Ontario. JP completed a forestry technician diploma in 1993, obtained an undergraduate degree in forestry from Northern Arizona University in 2000, holds an Executive MBA from Queens University and the ICD.D from Rotman School of Management University of Toronto. He currently sits on the board of Directors for Ontario Power Generation and Noront Resources and has most recently been appointed as the Chancellor for St. Paul’s University College Waterloo.  His career path includes work with Aboriginal communities and organizations, environmental non-government organizations, industry and governments from across Canada. In JP’s current capacity at CCAB, he speaks extensively not only across Canada but internationally as he shares the challenges and successes of Aboriginal business in Canada today.

Hillary Thatcher is the Director General of Innovation and Services at Indigenous Services Canada. Prior to joining the federal government, Hillary spent 15 years with the Ontario Public Service in several senior roles across Energy, Indigenous Affairs, and Natural Resources. With significant public sector experience in public policy, Indigenous relations, Program delivery and departmental operations, Hillary has a proven performance record of building linkages between government, industry, and Indigenous interests resulting in optimization and development of people, process and technology. Hillary is Métis with roots in Northern Alberta and has been an active member of the Urban Indigenous Community in Toronto, through her volunteer work at the Native Canadian Centre of Toronto, Red Sky Performance, and the Downie Wenjak Fund.

Clint Davis is the CEO of North35 Capital Partners, a business and capital advisory firm that works with Indigenous governments and economic development corporations to achieve growth by maximizing of their inherent competitive advantage.  Prior to the creation of this company, Clint was the Vice President of Indigenous Banking at TD.

Clint, who is Inuit from Labrador, is the Chair of the Board of Directors for the Nunatsiavut Group of Companies, which is the economic arm of Nunatsiavut Government, a self-governing entity that represents the political, social and economic interests of the Inuit of Labrador.  Under Clint’s leadership, NGC has grown to owning and partnering in fourteen operating companies with general revenue of over $50 million annually.

In 2016, Clint received the Indspire Award for Business and Commerce which represents the highest honour the Indigenous community bestows upon its achievers.  He was also recognized by his alma mater Acadia University as a Distinguished Alumni.  He recently served on the Interim Board of Directors of the National Council for Reconciliation, a Federal Cabinet appointment.  The Interim Board provided the Minister for Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs with a report of recommendations on how to establish the National Council permanently.

Clint has a Bachelor of Business Administration from Acadia University, a Bachelors of Laws from Dalhousie University and a Masters of Public Administration from Harvard University. He is a Canada-U.S. Fulbright scholar and the recipient of multiple scholarships including two awards from the National Aboriginal Achievement Foundation (now Indspire) as well as the Fred C. Manning Entrance Scholarship at Acadia University.

Lorne Pelletier has been a public servant with the Government of Canada since 1996 and has worked with several departments including Employment and Social Development (Service Canada), Canadian Heritage, and Citizenship and Immigration. Since September 2013 Lorne has worked with Western Economic Diversification Canada (WD). He attained his Bachelor of Arts, Canadian Studies degree from the University of Manitoba in 2000. Born and raised in Manitoba, Lorne is Métis with known ancestral ties to seven distinct First Nations across Canada. Lorne and his wife have two children and they live in Beauséjour.

MERCI A NOS PARTENAIRES

Back to top