La pandémie de la COVID-19 a mis en évidence des lacunes fondamentales dans notre système agricole. Pour la première fois depuis des générations, de nombreux.euses Canadien.ne.s ont vu des étagères vides dans des épiceries et ont pleinement pris conscience des défis auxquels fait face notre système alimentaire national. Il s’est ensuivi des éclosions de la COVID-19 dans des exploitations agricoles et des usines de transformation des viandes, ainsi que des retards et blocages en lien avec l’arrivée des travailleurs.euses étrangers.ères temporaires. La pandémie met en lumière les vulnérabilités de la chaîne d’approvisionnement alimentaire du Canada et l’importance d’un secteur agricole résilient.

Un défi essentiel à relever pour accroître la durabilité est la pénurie imminente de main-d’œuvre agricole, un problème qui s’est accentué bien avant la pandémie. Bref, il n’y a pas assez d’agriculteurs.trices.

Les enjeux sont importants. Avec des investissements appropriés dans la capacité, les compétences et la rétention de la main-d’œuvre, le secteur est bien placé pour voir sa production augmenter de 11 milliards de dollars d’ici 2030. Toutefois, cela ne peut se produire que si nous attirons de nouveaux.elles agriculteurs.trices au secteur.

Comment pouvons-nous rendre le secteur agricole canadien plus durable et plus résilient en réduisant les barrières pour les nouveaux.elles agriculteurs.trices, en mettant un accent particulier sur les barrières pour les populations qui sont traditionnellement sous-représentées dans l’agriculture, telles que les femmes, les minorités visibles, les immigrant.e.s, les jeunes et les Autochtones?

Nous avons identifié des barrières à l’entrée dans quatre domaines : l’accès aux capitaux, les terres, les connaissances et la main-d’œuvre. Reconnaissant la nature complexe et unique de l’agriculture dans différentes régions du pays, nous avons circonscrit notre champ de recherche à trois régions agricoles : la Saskatchewan, la Colombie-Britannique et le Québec. Chaque province a donné l’occasion de mettre en évidence des approches adaptées au milieu pour soutenir les nouveaux.elles agriculteurs.trices sur la côte ouest, dans les Prairies et dans l’est du Canada.

Il faut repenser un avenir plus durable et plus résilient pour l’agriculture, qui puisse répondre aux besoins du Canada. Pour y parvenir, le Canada a besoin d’une stratégie intégrée pour surmonter les barrières distinctes auxquelles se heurtent les nouveaux.elles agriculteurs.trices. Nous proposons les recommandations qui suivent pour bâtir un solide continuum de services pour ce groupe :

  1. Accroître l’accessibilité des programmes et des services;
  2. Abaisser les barrières aux capitaux pour stimuler la croissance;
  3. Protéger les terres pour les rendre plus abordables aux nouveaux.elles agriculteurs.trices;
  4. Transférer les connaissances pour renforcer les compétences;
  5. Améliorer le travail agricole pour retenir et attirer une main-d’œuvre qualifiée;
  6. Investir dans des systèmes alimentaires locaux durables pour dynamiser les économies rurales.

Lisez leur présentation du 12 mars 2021 (en anglais seulement).

Back to top