L’incidence de la pandémie de COVID-19 sur les petites et moyennes entreprises (PME) a été importante et sévère. Les PME sont l’armature de l’économie canadienne. Or, rares sont celles qui ont les ressources pour faire face aux pénuries de main-d’œuvre et de travailleurs.euses qualifiés, lesquelles n’ont fait qu’empirer en raison de la pandémie. En combinant les données provisoires d’une enquête en cours sur les PME, les conclusions de groupes de discussion connexes et les résultats des recherches existantes, ce rapport met en relief les possibilités qui s’offrent au Canada afin de mieux soutenir les PME durant la période de reprise pendant et après la pandémie. Une de ces possibilités serait de mettre l’accent sur la diversité et l’inclusion comme mesure clé pour répondre aux besoins de travailleurs.euses qualifiés.

POINTS CLÉS

  1. De nombreuses PME ont été durement touchées par la pandémie, en particulier celles détenues par des personnes faisant partie de groupes en quête d’équité, comme les Noirs et les Autochtones, lesquels ont subi de manière disproportionnée les répercussions négatives de la pandémie.
  2. La capacité et l’expertise limitées en matière de ressources humaines des PME font en sorte qu’il est difficile pour elles d’évaluer leurs besoins en compétences, de trouver des façons novatrices et inclusives de recruter, et d’élaborer des plans de perfectionnement des compétences pour le personnel actuel.
  3. Dans les PME, la demande pour les compétences cognitives (comme l’aptitude à résoudre des problèmes) et les compétences techniques (soit la capacité d’accomplir des actions et des tâches et d’appliquer des processus complexes liés à la technologie informatique et physique) est plus forte que pour tous les autres types de compétences. Embaucher des candidat.e.s démontrant de fortes compétences sociales, comme l’aptitude à la collaboration, représente également un défi.
Soutenir l’entrepreneuriat et les PME : un programme postpandémie pour les compétences et la formation
Téléchargez le PDF

Sommaire

ixSoutenir l’entrepreneuriat et les PME : Un programme postpandémie pour les compétences et la formationSOMMAIREDe manière générale, les répercussions de la pandémie de COVID-19 ont pesé beaucoup plus lourdement sur les entrepreneur.e.s et les petites et moyennes entreprises (PME), que sur les grandes organisations. Cette situation revêt d’autant plus d’importance que les PME forment l’épine dorsale de l’économie canadienne, car elles emploient près de 90 % de toute la population canadienne qui travaille dans le secteur privé. Il n’est pas exagéré de dire que les PME sont le moteur du développement économique, de la croissance et de l’innovation au Canada. Or malgré leur importance, il apparaît de plus en plus clairement que de nombreuses PME sont sur la pente descendante de ce que les expert.e.s appellent la reprise en « forme de K » de la crise économique provoquée par la pandémie.

Les PME étaient déjà confrontées à des défis importants avant même la pandémie. Les écarts en matière de compétences et les pénuries de main-d’œuvre constituent une caractéristique de longue date de l’économie canadienne et demeurent une préoccupation majeure pour les PME. Si nous sommes conscient.e.s de ce défi, nous ne disposons toujours pas d’un vocabulaire commun relatif aux aptitudes et aux compétences, et il règne encore un certain flou autour de celles dont les entreprises et leur main-d’œuvre ont réellement besoin.

L’objectif du présent rapport est double : premièrement, il recense l’état de la recherche sur les besoins des PME et des entrepreneur.e.s en matière de compétences, de requalification et de formation et propose des options pour mieux les soutenir alors qu’ils/elles s’efforcent de reprendre leurs activités et de préparer la postpandémie. Plus précisément, cette recension
met en lumière les obstacles et les défis auxquels sont confrontés les entrepreneur.e.s qui sont membres de groupes en quête d’équité, notamment dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Deuxièmement, ce rapport présente les résultats préliminaires d’un sondage portant sur les aptitudes et les compétences (sondage toujours en cours en juin 2021) et d’une série de groupes de discussion menés dans le cadre du même projet.

En conjuguant ces nouvelles conclusions aux résultats des recherches existantes, ce rapport offre une perspective actualisée sur :

  • le rôle des PME dans l’économie canadienne;
  • les défis auxquels les PME sont confrontées en termes de pénurie de main-d’œuvre, d’écarts de compétences et de détermination des compétences dont elles auront besoin à l’avenir;
  • les répercussions de la COVID-19 sur les PME dans divers secteurs, ainsi que sur les demandes actuelles en matière de compétences dans les PME;
  • les pratiques actuelles en matière de ressources humaines dans les PME;
  • les voies à suivre et les domaines de recherche supplémentaires.

L’une des principales conclusions à retenir, c’est que les résultats préliminaires du sondage recoupent ce qui a déjà été abordé dans la littérature, c’est-à-dire qu’il reste encore beaucoup à faire pour mieux aider les PME à combler les écarts de compétences actuels et à remédier aux pénuries de main-d’œuvre. Si certaines organisations ont trouvé de nouveaux débouchés grâce à la pandémie (le commerce électronique ou un bassin de talents élargi rendu disponible par le passage au télétravail, par exemple), d’autres ont encore du mal à cerner les aptitudes et les compétences dont elles ont besoin. Et même si elles parviennent à trouver les bons talents, de nombreuses PME ont encore de la difficulté à trouver les ressources nécessaires pour assurer leur encadrement et leur formation. De plus, bien que de nombreuses entreprises aient indiqué qu’elles souhaitaient recruter des personnes d’origines diverses, comme des Autochtones ou des personnes racisées afin de trouver des sources de talents qualifiés jusque-là inexploitées, très peu d’entre elles se sont dotées de plans concrets pour y parvenir.

Un autre élément clé à retenir est que les PME ont souvent des capacités restreintes en ce qui a trait aux ressources humaines, au recrutement, à la formation, au perfectionnement et à d’autres fonctions essentielles pour répondre à leurs besoins en matière de compétences. Cela limite également leur capacité à recourir à de nouvelles formes de recrutement conçues pour mieux attirer des bassins de talents plus larges et plus diversifiés. Cette capacité restreinte souligne le fait que, pour être efficace, voire équitable, tout plan de reprise postpandémique doit tenir compte des réalités et des défis en matière de ressources propres aux PME. Et, étant donné le rôle central des PME dans l’économie canadienne, cette capacité restreinte montre pourquoi il est crucial de faire participer ces entreprises à la planification de la reprise et de les soutenir à cet égard si nécessaire.

Le présent rapport se termine par la détermination des prochaines étapes nécessaires pour aider les PME à combler les écarts en matière de compétences et à surmonter les pénuries de main-d’œuvre tout en bâtissant un monde postpandémique plus équitable. Les recommandations se concentrent sur les mesures à prendre pour améliorer les pratiques des ressources humaines au sein des PME, favoriser la diversité et l’inclusion des groupes en quête d’équité, ainsi que sur les moyens concrets de mieux mesurer les retombées. Les recommandations précises comprennent :

  • un soutien accru aux PME ayant des capacités restreintes de ressources humaines, et ce, de la part des différents acteurs de l’écosystème, notamment les organisations professionnelles et les associations sectorielles;
  • l’offre d’options de formation plus flexibles et modulaires pour la main-d’œuvre;
  • l’élaboration de plateformes partagées dotées de formations et d’outils pour améliorer l’accès à des bassins d’emploi diversifiés et pour soutenir le perfectionnement des compétences et des cheminements professionnels;
  • la collecte de données plus désagrégées pour évaluer les expériences des différents types de PME, en particulier celles appartenant à des femmes et à d’autres groupes sous-représentés; et
  • l’élargissement des répercussions prises en compte par les bailleurs de fonds et les mesures de soutien aux PME afin d’inclure les retombées sur les collectivités et les objectifs sociaux.

Lire le rapport


Merci À nos partenaires

Diversity Institute

Les compétences dans un mode post pandémique est financé par le programme Compétences futures du gouvernement du Canada.
Government of Canada logo

Soutenu par

Microsoft logo

Back to top