Par la poursuite d'une stratégie d'accords sectoriels, le Canada peut diversifier ses exports et briser sa dépendance d'un seul partenaire commercial.

Télécharger le rapport


Par Edward Greenspon et Kevin Lynch, Co-présidents, Forum consultatif sur la Chine du FPP

Au cours des 18 derniers mois, le Forum consultatif sur la Chine du Forum des politiques publiques a tenu des consultations avec des directeurs d’entreprise, des responsables gouvernementaux, des experts en sécurité, des environnementalistes, des sinologues, des défenseurs des droits de l’homme, des dirigeants syndicaux, des représentants d’entreprises autochtones et d’anciens premiers-ministres et ministres pour trouver les meilleurs moyens de représenter les intérêts nationaux du Canada par rapport à la Chine. Coprésidé par nous deux, le Forum consultatif recherchait une voie qui serait économiquement bénéfique, politiquement acceptable, et qui refléterait les intérêts et les valeurs d’une nation en quête de nouvelles sources de croissance et d’emplois malgré les relations tendues avec notre partenaire principal et l’environnement mondial changeant.

Après de longues discussions, nous avons adopté un ensemble de recommandations fondées sur des accords sectoriels, plutôt que sur un accord général de libre-échange, comme le meilleur moyen de réaliser des gains rapides et importants. Une approche sectorielle présente également l’avantage d’ouvrir une voie à un portefeuille commercial de plus en plus diversifié et croissant pour le Canada, portefeuille qui ne transgresse pas l’interdiction virtuelle qui frappe nos partenaires commerciaux nord-américains parties au nouvel Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC).

Les membres et les invités du Forum consultatif partageaient la ferme conviction que les Canadiens et Canadiennes ne devraient pas reculer devant un dialogue sincère, quelle que soit la direction qu’il prenne. Cela n’a pas toujours été ainsi dans les relations entre le Canada et la Chine. Les rapports entre les deux pays sont souvent assez froids. Cependant, les séances du Forum consultatif, caractérisées par des conversations houleuses et sincères, nous ont permis de trouver des solutions. Nous avons trouvé un terrain d’entente sur bon nombre de points, alors que sur plusieurs autres —particulièrement notre approche du commerce sectoriel— une minorité a estimé que nous n’étions pas suffisamment ambitieux. Nous avons tous été frappés par le dialogue national bifurqué sur la Chine et par l’absence d’avancées dans la diversification du commerce avec la région ayant la croissance la plus rapide dans le monde.

Les recommandations contenues dans ce rapport relèvent de la responsabilité du Forum des politiques publiques (FPP) et sont fondées, en tout ou en partie, sur les contributions et les avis des participants du Forum consultatif. Nous remercions tous ceux qui nous ont si généreusement consacré leur temps et manifesté un attachement constant au concept selon lequel de bonnes politiques rendront le Canada meilleur. Nous tenons particulièrement à remercier l’équipe du Forum des politiques publiques qui a travaillé sur ce qui s’est avéré une entreprise complexe sur les plans de la politique et de la logistique : Jane Hooker, directrice de la recherche; Zac Delong, chargé de politiques; Anna Jahn, ancienne directrice des adhésions et des partenariats; Andrée Loucks et Gabrielle Feldmann, assistantes de recherche; et nos équipes chargées de la planification, de la communication et des finances.

Edward Greenspon, président et chef de la direction du Forum des politiques publiques
Kevin Lynch, vice-président du Groupe financier BMO, ancien greffier du Conseil privé

Lire ici la partie principale du rappord intitulé De la dépendance à la diversification : une stratégie canadienne pour nos rapports avec la Chine. Vous pouvez lire deux autres parties du rapport : l’une sur l’opinion des Canadiens sur la Chine et l’autre sur ce qui est ressorti de cinq tables rondes du Forum consultatif du FPP sur la Chine, dans la version anglaise du rapport.

Back to top