La pandémie de COVID-19 a été une crise qui a mobilisé les organisations et les économies – une crise qui a mis à l'épreuve à la fois les hypothèses opérationnelles et l'état de préparation de chaque organisation du secteur public au Canada. Compte tenu de l'adage « ne jamais laisser une bonne crise se perdre », ce rapport profite de l'occasion pour examiner la transformation numérique en temps de pandémie et pour proposer des recommandations aux organisations alors qu'elles réfléchissent à la meilleure façon d'aborder la transformation numérique, la sécurité et les travailleurs, post-pandémie.

La pandémie de COVID-19 s’est révélée être un test de la valeur des services fondés sur l’infonuagique et de la transformation numérique.Cela comprend divers facteurs qui ralentissaient leur adoption, tels que les processus, les pratiques, les politiques et, dans certains cas, les structures financières anciens. En examinant le spectre de la transformation numérique, les organisations devraient créer des architectures d’entreprise qui répondent à leurs exigences et contraintes. Ils devraient aussi reconnaître que cela prend du temps et doit être effectué à l’avance.

Les organisations qui avaient réussi à adopter la transformation numérique ont pu mieux répondre à la pandémie, dans une mesure proportionnelle à la profondeur de leur transformation. La pandémie a montré que le fait de disposer d’une main-d’œuvre « nomade » permet à une organisation de modifier sa façon de travailler. La main-d’œuvre mobile a pu reprendre rapidement ses activités, tandis que les organisations qui avaient redéfini l’architecture de leurs systèmes en utilisant des approches numériques modernes, souvent fondées sur l’infonuagique, ont pu modifier rapidement les services existants et en déployer de nouveaux. Le télétravail a montré des avantages à court terme pour les employé.e.s et beaucoup le préfèrent; cependant, il semble y avoir des effets indésirables à long terme sur la culture des organisations et leur capacité à innover.

Les organisations qui veulent plus d’agilité technologique doivent reconnaître que la transformation numérique n’est pas une destination mais un voyage sur un spectre qui va du simple au complexe. L’utilisation de services fondés sur l’infonuagique ne signifie pas nécessairement une transformation numérique. La transformation des processus d’entreprise, qui permet de modifier non seulement la façon dont une organisation agit mais aussi ce qu’elle fait, n’est pas un processus de courte durée.

Le passage à un environnement postpandémique différent, particulièrement lorsque les organisations envisagent un modèle hybride de travail à distance et au bureau, nécessitera de mettre davantage l’accent sur la sécurité et la confidentialité. La formation des employé.e.s sera utile, mais les organisations devront également développer des modalités et des pratiques modernes, pertinentes et normalisées pour le télétravail, y compris l’infrastructure informatique et physique. Il est donc nécessaire d’examiner les mesures simplifiées ou temporaires utilisées pour mettre en œuvre les services d’urgence et de veiller à ce que les décisions appropriées en matière de gestion du risque soient approuvées et documentées.

Les responsables en matière de TI du secteur public se sont montrés à la fois réactifs et souples pour naviguer parmi les défis qui se sont présentés pendant la crise liée à la pandémie. Le défi consistera à tirer les leçons de la transformation numérique, apprises lors de la réponse à la pandémie, et à les appliquer au moment où le Canada entre dans un monde « postpandémique ».

Au-delà du statu quo numérique : Expériences et leçons de la pandémie de COVID-19
LIRE LE RAPPORT
Back to top