Ce rapport a été rédigé par Robert Annan, associé du Forum des politiques publiques, avec l’appui de Claude Lauzière, chargée de politiques.

Le Forum des politiques publiques aimerait remercier tous ceux qui ont participé aux tables rondes à travers le pays et aux entrevues téléphoniques et en personne. Le FPP aimerait aussi reconnaître Ross Wallace et Bill Dempster pour leurs commentaires et rétroactions.

Merci à nos partenaires :

Johnson&Johnson

BLG

Le marché mondial des sciences de la vie et de la bioéconomie au sens large est colossal : on estime que d’ici à 2020, les dépenses consacrées aux soins de santé dans le monde s’élèveront à 8,7 billions de dollars US[1] ; le marché des dispositifs médicaux est actuellement estimé à 336 milliards de dollars US[2] ; et la bioéconomie mondiale devrait atteindre 1 billion de dollars US d’ici à 2030[3]. Le Canada possède une base solide en matière de recherches, d’institutions et de compétences ainsi qu’une activité commerciale importante dans ces domaines, mais il existe encore clairement un potentiel inexploité et les entreprises canadiennes sont bien placées pour en tirer profit.

Le gouvernement fédéral, avec un Programme d’innovation de portée générale, un Plan pour l’innovation et les compétences mieux ciblée et de multiples programmes et initiatives spécifiques annoncés dans les derniers budgets, a fait de la croissance fondée sur l’innovation une pièce maîtresse de sa stratégie économique. Ces initiatives ont naturellement suivi une approche générale, indépendante du secteur, afin d’encourager la croissance économique fondée sur l’innovation. En tant que telles, elles ne visent pas nécessairement les perspectives et les défis uniques et spécifiques qui se présentent aux entreprises canadiennes du secteur des sciences de la vie ; sans ce contexte particulier, ces initiatives risquent de rater la cible des entreprises du secteur des sciences de la vie.

Les entreprises canadiennes des sciences de la vie doivent composer avec un environnement économique, technologique et politique difficile. L’incertitude politique et économique mondiale jumelée au risque lié à des besoins d’investissement de capitaux à long terme ainsi qu’à la rapidité des avancées scientifiques et technologiques créent d’importants défis pour les entreprises de ce secteur. Vient s’ajouter à cela un contexte politique complexe dû, entre autres, au recoupement des réglementations et des compétences fédérale et provinciales, à la taille des systèmes de santé canadiens et aux questions de propriété intellectuelle.

Un certain nombre de points forts permettent de contrebalancer ces défis : des universités, des hôpitaux et d’autres institutions de premier ordre qui soutiennent la recherche et le développement de technologies d’avant-garde, des étudiants extrêmement bien formés, de solides bases économiques et un système productif pour les entrepreneurs.

Afin de maximiser ce potentiel et de relever les défis particuliers auxquels est confronté le secteur des sciences de la vie, le Forum des politiques publiques (FPP) a organisé une série d’entretiens et de tables rondes avec des responsables du secteur dans l’ensemble du Canada. Ces discussions ont porté sur les perspectives et les défis pour le secteur sous l’angle de la politique fédérale en matière d’innovation. Le présent rapport vise à résumer ces discussions à travers plusieurs recommandations sur la façon dont la politique du gouvernement fédéral en matière d’innovation peut soutenir au mieux les besoins et le potentiel de cet indispensable secteur canadien.

Le rapport contient huit recommandations divisées en trois thèmes généraux : leadership national, ingrédients essentiels à la croissance, et adoption et déploiement. Les recommandations sont les suivantes :

Leadership national

  1. Le gouvernement fédéral doit adopter une stratégie nationale en matière de sciences de la vie.
  2. Adopter une approche pangouvernementale axée sur l’innovation dans le secteur des sciences de la vie.
  3. Améliorer sensiblement la qualité des données sur le secteur et mettre ces données à disposition du public.

Ingrédients essentiels à la croissance – programme d’innovation du gouvernement fédéral

  1. Investir dans le recrutement, le perfectionnement et la fidélisation de talents, en se concentrant plus particulièrement sur les talents en matière de vente et de leadership exécutif.
  2. Poursuivre les efforts visant à attirer et augmenter les capitaux, à ouvrir les marchés et les chaînes logistiques, et à mettre en place de solides écosystèmes locaux.
  3. Soutenir l’excellence en matière de recherche, notamment fondamentale, et promouvoir les programmes de recherche appliquée axés sur l’utilisateur.

Adoption et déploiement

  1. Reconsidérer la fourniture des soins de santé et passer d’un système basé sur les coûts à un système fondé sur la valeur.
  2. Des services, pas des programmes.

[1] Deloitte. 2017. 2017 global life sciences outlook. Thriving in today’s uncertain market.

[2] Gouvernement du Canada. 2017. Profil des instruments médicaux de l’industrie

[3] Organisation de Coopération et Développement économiques. 2009. The Bioeconomy to 2030 – Designing a Policy Agenda.

Back to top